Du « Cran » face aux critiques

Fédérant près de 150 associations, le Conseil représentatif des associations noires (Cran) constitue une nouveauté dans l’espace public national. Rejetant les accusations de communautarisme, il proclame son attachement aux principes républicains.

Olivier Doubre  • 19 juin 2008 abonné·es

Le 26 février 2005, un colloque sur le thème «Les Noirs en France, anatomie d’un groupe invisible» connaissait une affluence massive, inattendue pour les organisateurs eux-mêmes, avec plus de 500~personnes se pressant dans l’amphithéâtre de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Maître de conférences dans cet établissement, Pap Ndiaye a été l’un des principaux artisans de cette rencontre, avec Louis-Georges Tin, maître de conférences à l’IUFM d’Orléans, et Patrick Lozès, ancien candidat UDF aux législatives de 2002, parti qu’il a

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 5 minutes