« Explorer les mythes de l’intérieur »

Robert Coover est l’un des écrivains les plus passionnants, les plus politiques et les plus drôles qui soient aux États-Unis. Rencontre, à l’occasion de la parution de son onzième livre traduit en France, « Noir ».

Christophe Kantcheff  • 12 juin 2008 abonné·es

Les écrivains américains qui n’entretiennent pas les mythes de leur pays ne sont pas toujours bien vus en France. Pire, on se méfie même parfois de ceux que l’on qualifie rapidement de «formalistes», parce qu’ils ressembleraient trop à des écrivains… européens ! Aux côtés de John Barth, William Gass, Thomas Pynchon et quelques autres, Robert Coover est pourtant l’un des écrivains les plus passionnants, les plus politiques et les plus drôles qui soient aux États-Unis. Coover n’entretient pas les mythes, il les explose. Il ne berce pas d’illusions, il démonte les croyances, et montre par la même occasion que deux forces opposées ne sont pas forcément antinomiques. Noir, un polar onirique et

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 7 minutes