« Explorer les mythes de l’intérieur »

Robert Coover est l’un des écrivains les plus passionnants, les plus politiques et les plus drôles qui soient aux États-Unis. Rencontre, à l’occasion de la parution de son onzième livre traduit en France, « Noir ».

Les écrivains américains qui n’entretiennent pas les mythes de leur pays ne sont pas toujours bien vus en France. Pire, on se méfie même parfois de ceux que l’on qualifie rapidement de «formalistes», parce qu’ils ressembleraient trop à des écrivains… européens ! Aux côtés de John Barth, William Gass, Thomas Pynchon et quelques autres, Robert Coover est pourtant l’un des écrivains les plus passionnants, les plus politiques et les plus drôles qui soient aux États-Unis. Coover n’entretient pas les mythes, il…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents