Joute cérébrale

Le subconscient vu par Nathalie Sarraute et Didier Bezace, pour dénoncer machisme et fascisme.

Didier Bezace et Pierre Arditi avaient déjà travaillé ensemble pour monter une École des femmes d’anthologie, lors d’un lointain festival d’Avignon. Les deux artistes se retrouvent aujourd’hui, comme si le metteur en scène voulait rappeler à l’acteur vedette qu’il faut souvent revenir aux expériences difficiles et même au laboratoire. Arditi, qui a toujours eu un pied dans le spectacle grand public et un autre dans le service public, se prête volontiers au jeu. Cette fois, l’aventure, c’est Nathalie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents