La conquête de l'Ouest

Alain Bashung retrouve une énergie claire et directe dans « Bleu pétrole ». Des mélodies mémorables et une poésie tendue sur six cordes pour changer de décor, avec de nouveaux compagnons de route.

Hier, six ans déjà, c’était l’Imprudence. Cliché aux noirs charbonneux comme aux premiers temps de la photographie, et pose hiératique en pleine nature. Comme un poète maudit. Très fin de siècle, en somme --l’avant-dernier, bien sûr. Aujourd’hui, Bleu pétrole et un autre décor. Ville fantôme, décapotables et puits de pétrole à l’horizon, comme des girafes métalliques. Pas mal à l’Ouest, donc… Et quelques évocations cinématographiques : Géant (George Stevens) ou, plus près de nous, There will be blood (Paul…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents