L’Europe des peurs

Peur de l'étranger, insécurité alimentaire, crise énergétique… Toutes les peurs, réelles ou supposées, de l’opinion publique sont agitées au moment où la France prend la présidence de l’Union européenne. Lire notre dossier dans la rubrique « Société ».

Le 1er juillet, la France prendra la présidence de l’Union européenne. Une responsabilité qu’elle exercera durant six mois et qui, au-delà de la présidence des conseils et des deux sommets de l’UE, consiste essentiellement à faciliter l’avancement des dossiers, en ébauchant des propositions de compromis et en jouant le rôle de conciliateur entre les États membres. Limitée dans le temps, cette présidence tournante doit forcément se fixer des objectifs restreints. Depuis plusieurs mois, Nicolas Sarkozy en a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.