Pas guérie de l’apartheid

Après les vagues de violences xénophobes qui ont secoué
le pays, les autorités ont ouvert des camps pour accueillir
les réfugiés. Le bilan est lourd. Analyse.

L'Afrique du Sud voit ressurgir ses vieux démons. Les attaques xénophobes visant les travailleurs étrangers qui ont éclaté le 11~mai dans les quartiers populaires de Johannesburg avant de se propager dans le reste du pays ont fait 62~morts et 670~blessés selon la police. Cette explosion de violence a mis au jour d’anciens clivages qui hantent la première puissance économique africaine. «Cette vague de violence n’est pas la manifestation soudaine d’une xénophobie récente, mais l’apparition au grand jour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents