Un plan sans fonds

Le plan «Espoir banlieue» est enfin en marche. Du moins a-t-il été officiellement lancé par Fadela Amara, le 20~juin, à Meaux, à l’occasion de la réunion du Comité interministériel des villes. La secrétaire d’État à la Politique de la ville a réaffirmé quelques mesures phares dans 215~quartiers prioritaires, comme le «contrat autonomie». 45~000~contrats devant servir à «coacher» des jeunes pour «diviser par deux le chômage dans les cités» devraient êtres «signés» d’ici à trois ans. Par ailleurs,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.