Un plan sans fonds

Maïram Guissé  • 26 juin 2008 abonné·es

Le plan «Espoir banlieue» est enfin en marche. Du moins a-t-il été officiellement lancé par Fadela Amara, le 20~juin, à Meaux, à l’occasion de la réunion du Comité interministériel des villes. La secrétaire d’État à la Politique de la ville a réaffirmé quelques mesures phares dans 215~quartiers prioritaires, comme le «contrat autonomie». 45~000~contrats devant servir à «coacher» des jeunes pour «diviser par deux le chômage dans les cités» devraient êtres «signés» d’ici à trois ans. Par ailleurs, 500~millions d’euros doivent être consacrés au désenclavement des quartiers par le développement des transports.

«Les mesures sont bonnes, mais comment seront-elles financées ? Et qu’en est-il de la Dotation de solidarité urbaine (DSU) ?», interroge l’association des maires «Ville et banlieue». Voilà des années que ces élus demandent à ce que la dotation de l’État aux communes soit concentrée sur les plus pauvres. Selon les critères actuels, toutes celles qui comptent un quartier sensible sur leur territoire y ont droit, y compris celles qui profitent de taxes professionnelles. «Sur 950~communes, 715 bénéficient de la DSU. Elle n’est pourtant pas indispensable à des grandes villes de plus de 100~000~habitants, comme Nantes ou Toulouse !», s’insurgent les maires de «Ville et banlieue».

Ces derniers ont adressé au gouvernement des propositions pour réformer la dotation dans le sens d’une meilleure péréquation villes riches/villes pauvres. Ils n’ont encore reçu aucune réponse. «Nous préparons la réforme de la DSU, a assuré la ministre du Logement et de la Ville, Christine Boutin, le 20~juin sur France Inter. Elle figure au programme de la loi de finance de 2009.» Quelle en sera la teneur ?

«Nous sommes inquiets, a confié François Pupponi, maire (PS) de Sarcelles, et vice-président de «Ville et banlieue», le 20~juin, sur la même station. Nous n’avons pas le sentiment que ça avance dans le bon sens : celui d’une grande redistribution.» Une redistribution sans laquelle, prévient-il, le plan banlieue serait «voué à l’échec».

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Désormais tout commence »
Enquête 10 juillet 2024

« Désormais tout commence »

Une mobilisation historique de la société civile a permis au Nouveau Front populaire de déjouer les pronostics le 7 juillet. Malgré cette première victoire, tous et toutes appellent à la vigilance et à la construction d’un vrai mouvement de fond pour contrer l’extrême droite.
Par Pierre Jequier-Zalc
À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé
Reportage 10 juillet 2024

À Villers-Cotterêts, un électorat RN (très) décomplexé

Dirigée par le parti d’extrême droite depuis dix ans, la commune des Hauts-de-France a voté à 47 % pour Jordan Bardella aux élections européennes. Jocelyn Dessigny, lui aussi du RN, élu député au premier tour, a recueilli 53 % des voix des électeurs de la 5e circonscription de l’Aisne. Nous sommes allés à leur rencontre.
Par Tristan Dereuddre
À Châteaubriant, le passé, outil de lutte pour le présent
Reportage 10 juillet 2024

À Châteaubriant, le passé, outil de lutte pour le présent

Le 3 juillet, une marche rurale, sociale et syndicale, organisée par le collectif Réveillons la résistance, a eu lieu dans cette ville marquée par l’histoire. Une première mobilisation pour tisser des solidarités entre campagnes et quartiers populaires, et rappeler les dangers de l’extrême droite.
Par Vanina Delmas
« Avec le RN au pouvoir, certaines dérives policières pourraient ne plus être punies »
Entretien 5 juillet 2024

« Avec le RN au pouvoir, certaines dérives policières pourraient ne plus être punies »

Christophe Korell, ancien policier, est aujourd’hui président de l’Agora des citoyens, police et justice. Ce vendredi 5 juillet, l’association a publié un communiqué pour dénoncer des propos qui « flirtent avec le racisme » et appeler à faire front face au Rassemblement national.
Par Maxime Sirvins