Entre Ciel et logiciels

Un festival hanté par la spiritualité, et où la technologie est de plus en plus lourde.

Deux dominantes définissent le dernier festival d’Avignon : Dieu et la technologie. De Claudel et Castellucci à Gérard Gélas (metteur en scène de Confidences à Allah dans le off, au Chêne noir), on se sera beaucoup préoccupé de notre destin divin ou non-divin. En même temps, dans le festival « in », on aura rarement dépensé autant d’argent dans les moyens techniques. Les productions les plus lourdes viennent des pays étrangers. Pour certains de nos voisins, le théâtre multimédia est une nécessité, et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.