Italie : la RAI à la botte de Berlusconi

Un enquête judiciaire a montré les collusions entre le président du Conseil, propriétaire de nombreuses chaînes privées, et la télévision publique.

Depuis la « descente », fin 1993, de Silvio Berlusconi dans l’arène politique, le paysage audiovisuel italien a fait couler beaucoup d’encre. Première fortune d’Italie, le magnat des médias, devenu président du Conseil à trois reprises (1994, 2001 et 2008), est en effet propriétaire de la première régie publicitaire d’Italie, Publitalia, qui détient une part écrasante du marché de la pub transalpin, et d’un immense empire médiatique, allant de la plus importante maison d’édition du pays (Mondadori) aux…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.