La Terre des mauvais jours

Depuis la crise écologique, l’avenir s’est assombri sur le globe. Outre le climat, tous les milieux naturels sont atteints. L’humanité doit réviser radicalement son projet de civilisation pour enrayer la catastrophe.

Patrick Piro  • 24 juillet 2008 abonné·es

C'est au début des années 1980, probablement, que l’avenir planétaire a cessé ­d’être radieux. Oh ! rien de brutal, personne n’en a même rien su : ce jour-là, l’humanité a percuté le mur. Sans douleur, en pleine accélération de sa consommation, toute à ses émissions de gaz à effet de serre, pillant consciencieusement les forêts et les mers. Il y a près de trois décennies, donc, l’empreinte écologique de l’humanité, en superficie, a simplement dépassé la valeur éminemment symbolique d’une planète Terre. L’empreinte écologique est un indice évaluant le nombre d’hectares de terre productive qu’il faudrait mobiliser afin de satisfaire, de manière durable,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 7 minutes