Le cèdre et le cidre

Du 16 au 23 août, le festival de Douarnenez programme des œuvres libanaises et bretonnes. Et appelle à défendre la place des arts et de la culture dans les politiques publiques

Militant et atypique. Le festival de Douarnenez a été fondé en 1978 et s’est attaché depuis cette date à promouvoir des filmographies méconnues. L’art y est à la fois affirmation identitaire et vecteur ­d’émancipation. Du Kurdistan à la culture yiddish en passant par la communauté mexicaine des États-Unis, Douarnenez donne à voir un cinéma singulier, témoin de société. Deomp war-zu al... Liban. Traduction de la version bretonne : « En route vers le Liban ». Ce sont donc des films venus de la terre du cèdre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En Artsakh, sous les bombes

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.