Le cerveau explosé de l’exilé

Wajdi Mouawad conclut en beauté le festival d’Avignon avec « Seuls ».

Tandis que le « off » joue les prolongations, le festival « in » d’Avignon s’achève en mettant la barre du côté des nouvelles générations d’auteurs. Il y a à l’affiche, pour conclure, Joël Pommerat, dont le Je tremble est, pour moitié, un inédit (le premier volet a été créé aux Bouffes du Nord), et Wajdi Mouawad, venu de Montréal jouer en solo sa pièce Seuls. On saluera à une autre occasion Joël Pommerat, l’un de nos écrivains les plus intéressants de la génération montante. On s’attachera aujourd’hui à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En Artsakh, sous les bombes

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.