Le dernier baril

Nous sommes en mars 2050. Les réserves de pétrole sont toutes épuisées. À Dubaï, la société de vente Sotheby’s met aux enchères une drôle de relique. Fiction.

Ce samedi 19 mars 2050, il y a foule sur le port de Dubaï, dans l’immense hangar solaire climatisé par les rejets de l’usine de dessalement, où la maison Sotheby’s organise la mise aux enchères du dernier baril de pétrole brut, puisé quelques jours plus tôt et à grand-peine dans le sous-sol de l’émirat, d’où ne sortent plus guère que des eaux salées et sales. Les acheteurs, collectionneurs, pétroliers retirés des affaires ou reconvertis dans les minicentrales nucléaires et nouveaux milliardaires de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents