Quand on criait : « Vive la crise ! »

Il y a près de vingt-cinq ans, certains rêvaient d’un monde où le marché serait enfin libre. C’est le nôtre aujourd'hui, caractérisé par des inégalités croissantes…

En février 1984 , peu après 20 h 30, un certain Alain Minc, alors jeune dirigeant d’une filiale de Saint-Gobain, expliquait sur Antenne 2 : « Un libéral de gauche, comme moi, c’est un libéral qui croit que le marché peut être un moyen assez brutal de changer la société et que, de ce point de vue, il faut le laisser jouer à plein. » Soulignant sa différence avec le libéral « de droite » , il apprenait aux téléspectateurs français que le libéralisme « de gauche » comportait une dose de brutalité.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents