« Un arrêt de religion civile républicaine »

Professeur émérite à l’École pratique des hautes études, spécialiste de la laïcité et ancien membre de la Commission Stasi, l’historien Jean Baubérot* revient sur la décision du Conseil d’État du 27 juin, confirmant le refus de nationalité française à une Marocaine portant la burqa.

Quelle appréciation portez-vous sur l’arrêt du Conseil d’État du 27 juin dernier ? Jean Baubérot : Je tiens à redire que la burqa pose de véritables problèmes, d’abord au niveau de la vie sociale concrète, car elle empêche d’identifier la femme. ­Certaines institutions ont en effet besoin d’identifier les personnes, comme lors de concours, d’examens, au moment de voter, etc. En outre, la burqa pose évidemment le problème de la limitation – volontaire ou contrainte – de la liberté des femmes qui la portent.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.