L’art de privatiser

Les mécanismes de la privatisation sont toujours les mêmes pour livrer au marché les services postaux, les transports, les télécommunications, mais aussi l’éducation et la santé… Récit sur vingt ans.

Thierry Brun  • 11 septembre 2008 abonné·es
L’art de privatiser

Faire entrer les services publics dans le grand club des sociétés anonymes n’est certes pas chose aisée. Pourtant, en vingt ans, l’ensemble du secteur a été ouvert à la concurrence puis privatisé par étapes, selon un modèle lancé dans la plupart des pays européens à la fin des années 1980. Le processus, à de rares exceptions près, est toujours le même, « pernicieusement progressif » , ironise Daniel Paul, député communiste qui, avec plusieurs de ses collègues, a demandé en 2005 – en vain – une commission d’enquête sur l’ouverture à la concurrence des services publics.

Le siège de la Banque postale, à Paris. Piermont/AFP

D’abord, les services publics sont dénigrés inlassablement. Les pesanteurs administratives, les tendances à la bureaucratisation, au corporatisme et à la centralisation excessive, les rigidités… Il est dit et répété que le service public est par nature « incapable d’incorporer les mutations technologiques et les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes