Nouvelles du monde

À Perpignan, la vingtième édition du festival « Visa pour l’image » a rendu compte d’un photojournalisme qui cherche toujours à témoigner, informer, qui s’inscrit contre l’oubli, en sismographe des jours mauvais.

Le Népal, une terre derrière le diable Vauvert. Il y a quelques années, Philip Blenkinsop et Tomas van Houtryve avaient rapporté des images de ce bout du monde, en transe sismique après le massacre de la famille aristocratique au pouvoir, organisé probablement par un héritier, suivi de manifestations, de troubles vite réprimés à coup de matraques. Les émeutes avaient valu une poignée d’échos, en images, plus ou moins maigres. Sans s’attarder. Au premier semestre 2008, Noël Quidu s’est lui aussi rendu au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.