Trop peu de cahiers verts dans les cartables

En dépit des ambitions affichées par l’Éducation nationale et des attentes des élèves, l’enseignement lié à l’écologie reste un vœu pieux à l’école. Et les classes de nature tendent à disparaître.

Claude-Marie Vadrot  • 11 septembre 2008 abonné·es

En cette rentrée encore, l’éducation à l’environnement ne sera certes pas la matière principale à l’école. Le problème ne date pas d’hier. L’enseignement de la protection de la nature et de l’environnement date de la circulaire 77-100 du 29 août 1977. Depuis, le ministère de l’Environnement a signé avec l’Éducation nationale plusieurs conventions et protocoles sur lesquels la poussière s’entasse lentement. Comme l’explique la fonctionnaire chargée du dossier au ministère de l’Écologie, « il n’y a pas de réalisation à la hauteur des ambitions affichées alors que les élèves sont de plus en plus demandeurs, au niveau du lycée et encore plus

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 6 minutes