Défier l’ordre

À Tours, Gilles Bouillon met en scène la surveillance sociale chez Marivaux dans un esprit décalé.

Rares, aujourd’hui, sont les metteurs en scène qui font autour d’eux un travail de formation auprès des jeunes acteurs et du public et qui, en même temps, échappent à l’académisme d’un style traditionnel. À Tours, Gilles Bouillon reste, pour le public, dans le droit fil du projet du théâtre pour tous selon Vilar et, néanmoins, s’amuse à changer nos regards sur les textes en faisant travailler régulièrement des comédiens de la jeune génération. Ce Jeu de ­l’amour et du hasard qu’on a pu voir au cœur de la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents