Femmes invisibles

François Chilowicz a suivi le quotidien d’une profession ingrate : femme de ménage.

Elles briquent, astiquent, dépoussièrent, en cadors du balai, de l’aspirateur et de la brosse, le seau pas loin. Repassent, étendent. Les mains dans le produit à lessive, l’échine courbée. Elles rangent encore, remettent de l’ordre. Rigoureuses. Hardies. Elles sont partout, on ne les remarque guère. Ce sont les femmes de ménage. Sous-estimé socialement, voilà un métier qu’on prend quand tous les autres sont impossibles. De fait, s’y croisent immigrées, des êtres démunis, peu instruits, des femmes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.