Rama Yade se moque des électeurs

Michel Soudais  • 24 octobre 2008
Partager :

Le siège de Rama Yade était encore vide, hier soir, au conseil municipal de Colombes. Elue en mars conseillère municipale d’opposition sur la liste de Nicole Goueta (UMP), maire sortante battue par la liste d’union de la gauche, la secrétaire d’Etat n’a, depuis, assisté à aucune assemblée communale hormis lors de la séance d’installation, le 21 mars.

Lors de la campagne municipale, elle avait pourtant expliqué qu’elle souhaitait s’investir à Colombes, la ville où elle avait fait ses études, que c’était sa « ville de cœur » . Au soir du deuxième tour, commentant l’échec de sa liste, elle avait aussi déclaré que celle-ci était une « défaite d’avenir » . Un avenir qui n’a connu de lendemain. Depuis le 21 mars, Rama Yade a séché cinq conseils municipaux. Mieux, l’enfant gâtée de la sarkozie ne s’est inscrite dans aucune commission et ne participe à aucune des activités qui constituent l’ordinaire des élus municipaux.

Elle n’en vante pas moins dans les médias son ancrage local. Pas plus tard qu’hier, justement, elle proclamait dans l’Express: « Mon objectif est d’avoir une implantation locale. C’est de là que vient la légitimité politique. » Avant de s’interroger sur la question de savoir si les européennes peuvent aider à une telle implantation. Car son nom est fréquemment cité pour conduire la liste UMP à cette élection en Ile-De France. Interrogé, hier aussi, à ce sujet dans Le Figaro , elle déclarait : « Cette décision se prendra le moment venu. Pour l’instant, je suis candidate à faire mon travail le mieux possible . Nicolas Sarkozy me dit souvent que c’est dans le combat électoral que l’on acquiert une légitimité, et il a raison. C’est d’ailleurs pour cela que je me suis présentée aux municipales à Colombes, une ville qui m’est chère , mais où la droite a perdu toutes les élections depuis 2001. Cela ne m’a pas fait peur. Je suis prête à repartir au feu électoral, avec un projet d’implantation locale . » Jusqu’ici, ces déclarations qui ne recouvrent aucune réalité faisaient sourire les colombiens, mais trop c’est trop…

Une «désertion» qui ne respecte pas les électeurs

Hier soir, en constatant une fois de plus l’absence de Rama Yade au moment de l’appel, le maire de Colombes, Philippe Sarre (PS), « choqué par ce comportement qui révèle peu de souci pour le suffrage universel » , ne s’est pas privé de dire ce qu’il pensait de cette « désertion » . Et de mettre en contradiction l’affichage citoyen de la secrétaire d’Etat, dans un livre d’entretien avec un jeune garçon[^2], publié le jour même, Les Droits de l’homme expliqués aux enfants de 7 à 77 ans (Seuil), et sa pratique. « La citoyenneté implique d’honorer un mandat d’élu qu’on est allé chercher, c’est aussi le respect des électeurs » , a-t-il lancé après avoir rappelé que notre Déclaration était celle des « droits de l’homme et du citoyen » .

Le président du groupe d’opposition UMP, Lionel Rainfray, a mollement tenté d’excuser sa collègue, prétextant qu’après avoir été empêché la dernière fois par un voyage à New York elle était cette fois retenue par un « dîner officiel » . Un dîner dont on ne trouve pas trace dans l’agenda de la secrétaire d’Etat du Quai-d’Orsay !

Pratiques journalistiques

Ce décalage entre l’image médiatique et la réalité interroge aussi les pratiques journalistiques. Mes confrères, toujours prompts à présenter Rama Yade comme une élue locale de banlieue, seraient bien inspirés de vérifier sa présence dans une ville où elle ne réside pas[^3]. Il y va de leur crédibilité[^4]. Quant à ceux qui chercheraient des photos de la secrétaire d’Etat en conseillère municipale, ils peuvent me contacter à Politis . Je leur vendrai bien volontiers mes clichés de la séance du 21 mars. Ils sont en passe de devenir des documents historiques.

—————————–

[^2]: L’a-t-elle rencontré en faisant campagne dans une école, ce qui est interdit?

[^3]: Elle a demandé que son courrier municipal lui soit envoyé à Paris.

[^4]: Pour l’instant, seul Le Parisien fait état de cette désertion. Mais uniquement dans son édition des Hauts-de-Seine et avec un titre qui laisse planer le doute: «Rama Yade accusée d’être aux abonnés absents» .

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don