Chavez, le mal-aimé…

Hugo Chavez n’a décidément pas de chance avec les médias occidentaux. Son nom n’est jamais prononcé ni écrit sans être accolé à l’épithète « populiste », dont on ne sait plus très bien ce qu’elle signifie à force d’abus, et le soupçon de « dictature » plane dans la plupart des articles. En dix ans d’exercice du pouvoir, le président vénézuélien en était pourtant dimanche à la douzième consultation électorale, dont un référendum perdu en 2007. Ce qui fait beaucoup d’expressions incontestées du suffrage…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents