L’Angleterre des « hard sixties »

La galerie David-Guiraud, à Paris, expose une partie du travail de John Bulmer. Des images superbes d’un pays en mutation industrielle, il y a une quarantaine d’années.

Plus dure sera la chute. En attendant, restent des mines, le charbon, le cambouis, des ouvriers encore, des longues bordées de baraques en briques, du pavage sur lequel les mouflets terrassent le temps, ­s’amusent un peu, des moments à étendre le linge, des jours de foot dans les tribunes d’un stade, ­d’autres sur le terrain boueux, des cheminées crachant une fumée grisâtre, des sorties de vestiaire après le boulot, chibre au clair et serviette à l’épaule. Ça transpire les fringues rapiécées, les pintes de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.