Le G20 condamné à l’échec

Selon son principal initiateur, Nicolas Sarkozy, le sommet du G20 sur les marchés financiers et l’économie mondiale a obtenu un résultat « historique ». Le chef de l’État français n’a pas ménagé sa satisfaction, samedi 15 novembre, en expliquant que « le sommet apporte des réponses structurelles à la crise financière et des réponses à la crise économique ». Quelles sont ces réponses ? La déclaration réaffirme les grands principes du capitalisme libéral, celui-là même qui est en cause dans la crise…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents