Vent de discorde sur l'éolien

Les éoliennes, qui devront produire 10 % de l’électricité en 2020, ont déclenché une querelle entre « anti » et « pro ». Derrière, se profile un capitalisme vert à l’affût de rentes confortables, garanties par des incitations financières étatiques.

La France s’est enfin mise à l’heure de l’éolien. Et l’on ne peut que s’en réjouir pour les militants qui se battent depuis plusieurs décennies pour la consécration de ces mo­dernes moulins à vent. Mais un souffle de discorde perturbe le développement de cette énergie verte. Une querelle où « pro » et « anti » s’empoignent par médias et sites interposés. « Yes we can » , lance dans une ­lettre à Nicolas Sarkozy le site Planète éolienne, qui, pour sauver la planète, mettrait bien des éoliennes partout. On…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.