La crise entame l’éthique

En ces temps de baisse du pouvoir d’achat, les marques 100 % équitables souffrent de la concurrence avec les marques de distributeurs. Or, celles-ci sont très peu impliquées avec les producteurs du Sud.

Philippe Chibani-Jacquot  • 4 décembre 2008 abonné·es

« Je pense qu’il y aura un impact limité [de la crise] sur la part de marché du commerce équitable, les personnes achetant ces produits étant indifférentes à un supplément de 5 ou 10 % » du prix d’achat, expliquait récemment Pascal Lamy, directeur de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Il aurait sans doute été plus judicieux de dire que, face aux méfaits constatés du néolibéralisme, l’équité dans le commerce devenait une priorité. De plus, cette déclaration ne correspond que

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes