La crise entame l’éthique

En ces temps de baisse du pouvoir d’achat, les marques 100 % équitables souffrent de la concurrence avec les marques de distributeurs. Or, celles-ci sont très peu impliquées avec les producteurs du Sud.

« Je pense qu’il y aura un impact limité [de la crise] sur la part de marché du commerce équitable, les personnes achetant ces produits étant indifférentes à un supplément de 5 ou 10 % » du prix d’achat, expliquait récemment Pascal Lamy, directeur de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Il aurait sans doute été plus judicieux de dire que, face aux méfaits constatés du néolibéralisme, l’équité dans le commerce devenait une priorité. De plus, cette déclaration ne correspond que partiellement à la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.