La santé n’a pas de prix

L’accès aux soins pour les plus démunis et l’universalité de la Sécurité sociale sont considérées comme irréalistes dans une économie libérale. Ce sont pourtant les principes fondateurs de la protection sociale.

Elle n’est pas une entreprise , n’a pas de capital, ne génère pas de profits et n’a pas d’actionnaires… La Sécurité sociale n’est, pour l’instant, pas un marché. Elle n’est pas non plus une œuvre philanthropique, bien qu’elle soit sans but lucratif et sous contrôle de l’État. Surtout, elle représente un droit : celui, entre autres, d’être soigné, « d’être aidé, d’avoir accès à des conseils, à des mesures de prévention. Ce droit est une forme de reconnaissance de l’individu par la société, une façon de lui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents