L’utopie comme dessein

« Mia et le migou », une fable d’animation écolo et poétique de Jacques-Rémy Girerd.

L’esprit de la forêt est une figure chère au cinéma d’animation. Sa représentation la plus délicate se trouve peut-être chez le Canadien Frédéric Back dans L’homme qui plantait des arbres (1987), et la plus époustouflante chez le Japonais Hayao Miyazaki dans Nausicaä (1984) ou dans Princesse Mononoké (2000). Avec Mia et le Migou, Jacques-Rémy Girerd, père de la Prophétie des grenouilles , déjà très écolo, poétique et rigolo, donne une autre tournure à cette allégorie. Dans ce nouveau long-métrage du studio…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.