Négocier avec la honte

Vingt-sept ans après sa sortie en salle, « Allemagne, mère blafarde », d’Helma Sanders Brahms, retrouve le grand écran. Un film noir qui dit la douleur d’une génération à vivre avec le passé proche.

Un drap frappé de la croix gammée, des insectes pullulant dessus. Un soir de garde pour un planton nazi, avalant une saucisse. Avant de faire l’amour, on déplace le portrait d’Hitler, parce qu’il faut « le Führer au-dessus du lit pour bien réussir nos enfants » . Les discours hitlériens éructés à la radio. L’hésitation à adhérer au Parti, la montée des SA. Voilà pour le décor. L’Allemagne des années 1930. Et, à l’intérieur, la rencontre entre Hans et Lene, le mariage qui suit, et la guerre aussitôt après.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.