Un saut dans le vide

Il aura fallu une année à Nicolas Sarkozy pour réformer le service public. En dépit des incertitudes.

À l’arrachée. C’est fait, après quatre-vingts heures de débat. Peu importent les voix qui se sont élevées. Peu importent les amendements. Peu importe que la loi passe seulement au Sénat le 7 janvier. Deux jours avant, il n’y aura déjà plus de publicité sur France Télévisions entre 20 heures et 6 heures. Tant pis donc pour le Sénat, qui arrivera comme les carabiniers (ce qu’on pourrait alors appeler un déni de droit). Nicolas Sarkozy avait annoncé la réforme le 8 janvier 2008. Moins d’un an après, c’est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents