Une leçon pour Sarkozy

Un ouvrage collectif de spécialistes de l’histoire de l’Afrique montre la grande méconnaissance et les stéréotypes contenus dans le discours de Dakar du président de la République.

Remettre les pendules à l’heure ! Cette expression bien française pourrait sans doute résumer l’objectif de la bonne vingtaine de chercheurs en histoire africaine – Occidentaux ou Africains – réunis autour de l’historienne malienne Adame Ba Konaré, scandalisés par le fameux « discours de Dakar » prononcé le 26 juillet 2007 par Nicolas Sarkozy, président de la République française, ancienne puissance coloniale, devant un parterre de responsables politiques, d’étudiants et d’intellectuels à l’université…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.