Le Stic fiche la pagaille

Fichage La Commission informatique et libertés blâme un fichier tentaculaire. Mais pour quel effet ?

Le Stic (système de traitement des infractions constatées) est dans le collimateur. Pendant l’année 2008, la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a procédé à une enquête importante sur ce fichier tentaculaire, qui recense 5,5 millions de mis en cause et suscite 20 millions de consultations par an réalisées par 100 000 agents habilités (sur 142 000 policiers). Le rapport remis au Premier ministre est accablant : durée de conservation des données non respectée (la police garde tout) ; 68 %…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le fond de l’air est vert

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents