En bref

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


IMMIGRATION

Odieux chantage

« Coopération ». C’est ainsi que le nouveau ministre de l’Immigration, Éric Besson, déguise la « délation » qu’il impose aux sans-papiers face à leurs passeurs dans une nouvelle circulaire. Si l’objectif de punir les exploiteurs plutôt que les clandestins pouvait sembler louable, le principe transpire l’odieux chantage : la circulaire promet des titres de séjour de six mois pour le dépôt d’une plainte, de dix ans pour une condamnation. Et combien pour cette porte ouverte au marché de la dénonciation ?

Référé contre un décret

Le délai du nouvel appel d’offres concernant la rétention administrative arrive à expiration, mais les demandes de concertation n’ont toujours pas été entendues. Dix associations de défense des migrants ont donc déposé, le 6 février, devant le Conseil d’État, un référé de suspension contre le décret du 22 août 2008 qui porte atteinte à la mission d’accompagnement dans les centres de rétention.

ÉDUCATION

Sauvons la maternelle

Faire de la maternelle « une école à part entière ». Voici ce que propose le site Internet enfant.com via un manifeste bâti sur les propositions de plus de 2 000 parents. Parmi elles : un personnel formé à cet enseignement, un soutien et un accueil adaptés aux 2-3 ans, des effectifs allégés… À destination de Xavier Darcos : le 6 février, des parents se sont enchaînés à des écoles un peu partout en France pour protester contre le démantèlement programmé de la petite école.

On ne prête qu’aux riches

L’État prévoit de prendre en charge la scolarité des 80 000 élèves français inscrits dans ses établissements à l’étranger. Cette réforme, dont bénéficient depuis un an les élèves de terminale, profite à des expatriés généralement aisés, dénonce la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE). En ces temps où l’État justifie des suppressions de postes massives par des économies drastiques, comment comprendre cette aide de 173 millions d’euros par an ?

LOGEMENT

Ghettoïsation

Bonne nouvelle : le tribunal administratif de Paris vient de donner raison à 15 demandes sur les 19 présentées par des candidats au Droit au logement opposable les 28 et 29 janvier. Mais, en parallèle, la loi Boutin en discussion à l’Assemblée depuis le 10 février met à mal le Dalo en retirant aux associations leur agrément pour accompagner les demandeurs, et en autorisant les préfets d’Île-de-France à reloger les bénéficiaires dans un autre département. Par ailleurs, les députés ont voté la réduction de trois ans à un an des délais d’expulsion. Cela intervient au lendemain de la publication du rapport annuel sur le mal-logement de la Fondation Abbé-Pierre (FAP). 2009 et 2010, années horribilis, anticipe la fondation, qui met en avant la ghettoïsation croissante des plus défavorisés. Les programmes de rénovation urbaine n’y changeraient rien, du fait de l’insuffisance de logements très sociaux et de grande taille. « Tout concourt à organiser l’accès de ménages immigrés à des types de logements déterminés […] dans les quartiers sensibles et à rendre difficile leur accès au logement social dans d’autres quartiers », d’après la FAP. Sans oublier que la loi SRU sur le logement social est toujours bafouée et que 600 000 personnes âgées vivent avec une allocation de 628 euros par mois. En privilégiant « la fiction d’une société française constituée d’une vaste classe moyenne aisée », le gouvernement se ment à lui-même, attaque la FAP.

PROSTITUTION

Femmes chinoises

Lotus Bus est synonyme de réconfort pour de nombreuses prostituées chinoises à Paris, témoigne une enquête réalisée par Médecins du monde avec cette association. Cumulant pratiques sexuelles à risques et méconnaissance des moyens de prévention et des dispositifs de prise en charge, ces femmes sont davantage exposées aux infections génitales ou sexuellement transmissibles que les autres prostituées. Venues en France pour subvenir aux besoins de leurs enfants restés en Chine, la plupart d’entre elles ne s’étaient jamais prostituées auparavant.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents