La vie à la cravache

Daniel Grandclément filme
au Sénégal, dans les écoles coraniques,
l’enfer des enfants
les plus pauvres.

Cinq heures du matin. Dans une « daara », une école coranique, âgés de 4 à 15 ans, les « talibés » font leur toilette. Une petite ablution au fond d’un seau. Pas d’électricité ni d’eau courante sur place. En cercle, les élèves entament la journée par une prière et la lecture de versets du Coran, à mémoriser. À 6 heures, ils partent mendier. C’est bon pour l’humilité, qu’on leur dit. Un marabout disperse les enfants qui décanillent munis d’une gamelle pour la piécette ou pour glaner quelque nourriture dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.