Le mot ment

Sur les secrets du langage, une brillante pièce de Martin Crimp.

Des individus se parlent, et l’on sent vite qu’ils ne se comprennent pas. Que, plus ils dialoguent, plus ils s’attachent à maintenir l’illusion de la compréhension mutuelle. Tel est le point de départ de la Ville , de l’Anglais Martin Crimp, qui, après Eugène Ionesco, Nathalie Sarraute et Harold Pinter, explore au théâtre le mensonge de la parole, le parcours des mots contant autre chose que leur mot à mot. Dans le couple bourgeois qui apparaît d’abord, la femme est traductrice et l’homme paraît avoir…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.