Les marques bradent les conditions de travail

Deux collectifs épinglent des grands noms du prêt-à-porter qui laissent leurs sous-traitants bafouer la liberté syndicale et le droit des salariés dans les pays où ils délocalisent leur coûteuse production.

Philippe Chibani-Jacquot  • 5 février 2009 abonné·es

Ralph Lauren, Prada, Pierre Cardin… Des noms familiers aux oreilles du consommateur, surtout pendant les soldes. La période des prix cassés ne dure que quelques semaines

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 1 minute