Pierre Khalfa : « Enraciner et amplifier la mobilisation »

Les annonces présidentielles ne répondent pas aux nécessités de l’heure. Une réforme fondamentale interdirait les licenciements dans les entreprises qui font des profits. Il faut créer un véritable rapport de force avec le gouvernement.

Nicolas Sarkozy « joue la montre » en annonçant « des réunions, des thèmes de discussions qui pourraient traîner en longueur », indiquait l’Union syndicale Solidaires après l’intervention télévisée du président de la République. Déçus par ses déclarations, les huit syndicats signataires d’une plate-forme revendicative ont annoncé une nouvelle journée de mobilisation le 19 mars. En attendant, il s’agit de maintenir la pression et de créer un « rapport de force nouveau », souligne Pierre Khalfa, porte-parole…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.