Pour une gestion durable

Le morcellement de la forêt française privée interdit une exploitation cohérente de cette ressource.
Des regroupements permettraient une meilleure production et la création d’emplois dans cette filière.

Au milieu du XIXe siècle, lorsque le Corps des forestiers, créé en 1827, annonça la disparition de la forêt française, celle-ci ne couvrait plus guère que 7 à 8 millions d’hectares, décimés par la construction navale et l’industrie naissante. Aujourd’hui, en constante progression, elle couvre 15,7 millions d’hectares : le résultat des plantations de la seconde moitié du XIXe siècle et des exodes ruraux laissant place à un véritable phénomène de « forêt vierge », notamment dans le sud du Massif Central. Il…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.