Un aller simple pour Maoré

La réalisatrice d’ Un aller simple pour Maoré , Agnès Fouilleux, est allée poser ses caméras dans les Comores. Avec leurs quatre îles aux statuts différents, Mohéli, Grande Comore et Anjouan, indépendantes, et Mayotte, française, les Comores concentrent tous les travers et les drames d’une situation post-coloniale, où la France joue un très mauvais rôle. Des premières, enfoncées dans la misère, s’échappent des centaines de candidats à une vie meilleure pour rejoindre Mayotte sur des embarcations de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.