Une instruction strictement à charge

Le procès en appel d’Yvan Colonna s’est ouvert le 9 février.
L’enquête a été menée au mépris de la présomption d’innocence.
Résultat : un profond malaise, né du sentiment d’une possible injustice.

Christophe Kantcheff  • 26 février 2009 abonné·es
Une instruction strictement à charge

Patrick Baudouin est avocat et président d’honneur de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH).

Pourquoi la FIDH a-t-elle décidé d’envoyer des observateurs lors du procès en première instance puis du procès en appel d’Yvan Colonna, qui se déroule actuellement ?

Patrick Baudouin I La FIDH est investie dans la lutte contre toutes les dérives liées aux procédures antiterroristes et aux atteintes aux libertés qui en découlent. La FIDH, comme la Ligue des droits de l’homme française, a toujours contesté la législation d’exception qui est issue des lois Pasqua de 1986. C’est donc dans la logique de l’action de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Dom-Tom : Le temps des colonies
Temps de lecture : 6 minutes