Une mine de papier mâché

La crise de la presse trouve notamment ses origines dans les contraintes économiques. De la fabrication à la distribution, celles-ci sont difficiles à contourner.

On connaît cette expression bien journalistique : les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le plus gros tirage d’un quotidien français est celui de Ouest France, avec près de 800 000 exemplaires. Au rang mondial, c’est la 77e place. Depuis 2000, la presse d’information générale et politique a perdu environ 10 % de ventes au numéro, selon la Direction du développement des médias. Les Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP) ont le monopole de la distribution (détenues aujourd’hui à 49 % par le groupe…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents