Francois Chérèque se fâche tout jaune

François Chérèque est ce cocasse barbichu qui depuis des années acquiesce à (presque) toutes les vilenies de la droite néolibérale (P« S » compris) au nom d’une « responsabilité » qui se résume pour l’essentiel, et pour ce que j’en ai compris, à ne jamais prononcer le mot « grève » – et qui depuis le début de l’année 2009 ne passe plus dix jours sans caqueter que Paris n’est pas (du tout) Pointe-à-Pitre, et qu’une grève générale serait la mère de toutes les abominations. (Vade retro Domotas !) Même les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents