Là-bas !

Barak-Netanyahou : fragile accord Toujours à la recherche d’une bouée de secours qui lui éviterait un tête-à-tête gouvernemental avec l’extrême droite, Benyamin Netanyahou a signé mardi un préaccord de coalition avec le chef du parti travailliste, Ehoud Barak. Celui-ci devait tenter d’obtenir le soutien des députés de son parti. Un préaccord d’une grande hypocrisie sur la question cruciale de la colonisation. Le document engagerait les deux partis à lutter contre « les colonisations illégales ». Rappelons…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.