La folie coloniale

À La Villette, Dominique Lurcel présente un drolatique et effrayant cabaret sur un siècle d’Algérie française.

Gilles Costaz  • 12 mars 2009 abonné·es

Au centre de la scène, un kiosque qui a la forme d’un temple joyeux et porte inscrit sur son fronton « Folies coloniales ». Sur la droite, une salle de classe en coupe, avec une carte de l’Algérie à la typographie démodée et aux couleurs un peu passées. Un instituteur en blouse grise, règle à la main, vient dire quelques mots sur les « peuples attardés » dont la France a pris en main la destinée et qu’elle rend meilleurs. Voilà, c’est parti pour un spectacle qui braque un furieux projecteur sur l’année 1930, année où notre pays fêtait solennellement le centenaire de l’Algérie,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 6 minutes