Aux confins de deux empires

Le Parti communiste moldave, au pouvoir depuis 2001, vient d’être largement reconduit lors d’élections législatives. Un résultat incontestable mais qui énerve une partie de la jeunesse pro-américaine.

Claude-Marie Vadrot  • 16 avril 2009 abonné·es

La Moldavie, avec l’Ukraine, la Biélorussie, la Roumanie et, dans une moindre mesure, la Géorgie, fait partie des pays que la séparation physique ou politique d’avec le grand frère soviétique a durablement déstabilisés ou appauvris. Surtout quand des pays occidentaux et les États-Unis ont considéré comme une « anomalie » que des responsables socialistes ou, pire, (crypto)communistes se maintiennent ou reviennent au pouvoir par des voies démocratiques. Même lorsqu’il s’agit de « communistes » curieusement convertis au libéralisme. C’est le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 3 minutes