Cours magistral

Bernard Langlois  • 16 avril 2009 abonné·es

Tentures

« Il est plus grand mort que vivant ! » Allez savoir pourquoi le rejet, jeudi dernier par l’Assemblée nationale, du projet de loi Création et Internet – dit « Hadopi » [^2] – m’a fait penser à la mort du duc de Guise. Une histoire de tentures, sans doute, puisque à l’instar des mignons d’Henri III embusqués derrière les rideaux de la chambre royale, dague au poing, c’est derrière ceux de la chambre des députés qu’étaient planqués les élus socialistes, prêts à bondir dans l’hémicycle pour y assassiner un projet réputé lui-même criminel. Quel est déjà ce barbu célèbre qui disait que les tragédies de l’Histoire ont tendance à se répéter en farces ? Donc, à quelques voix de majorité près (21 contre 15), Mme Christine Albanel, ministre de la Culture (en sursis ?) a dû remballer un texte auquel l’Hyperprésident avait fait savoir qu’il tenait beaucoup, et l’on imagine l’humeur au Château à la suite de cette pantalonnade : « On avait pourtant regardé partout dans les salles attenantes, la bibliothèque et jusque dans les chiottes » , avouait, piteux, un collaborateur du patron des députés UMP. « On était convaincus que les socialistes n’avaient pas de troupes en réserve. » Ils avaient oublié les tentures.

Mandat unique

L’affaire ne mérite guère qu’on s’étende, puisque aussi bien le texte sera représenté dès la fin du mois, et sans doute voté à peu près en l’état. Les spécialistes (ceux qui s’y connaissent un peu en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Edito Bernard Langlois
Temps de lecture : 8 minutes