La piste du monde

À la tête de la salle
la plus multiculturelle
de La Villette, le Tarmac,
Valérie Baran donne
un nouvel élan et un nouveau sens au théâtre de la francophonie.

Gilles Costaz  • 9 avril 2009 abonné·es
C’est un lieu très singulier que le Tarmac, en plein cœur du parc de la Villette à Paris, juste derrière la Grande Halle. On y voit des spectacles qu’on ne voit nulle part ailleurs. Et un public qu’on ne voit pas non plus : c’est, mélangé aux habituels spectateurs de théâtre, un public multiculturel, né des différentes vagues de l’immigration. Les spectacles sont libanais, québécois, vietnamiens, maghrébins, européens. On s’enchante de nouveaux auteurs, comme le Togolais Gustave Akapo (une révélation avec À petites pierres et Habbat Alep cet hiver)… Les publications données au public, établies par Bernard Magnier, donnent longuement la parole aux artistes et aux écrivains bien éloignés du petit monde parisien. Et la saison va, curieusement, de mars à octobre ! Ce modeste théâtre est devenu indispensable par sa façon de concevoir différemment le théâtre et la francophonie. Valérie Baran le dirige depuis 2005. P olitis : Comment passe-t-on du Théâtre international de langue française, dit Tilf, que dirigeait Gabriel Garran, au
Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 6 minutes