L’autisme, cette réalité ignorée

Avec « Je vais passer une bonne journée cette nuit », Brigitte Lavau brosse le tableau d’une institution pour adolescents autistes.

David Perrotin  • 23 avril 2009 abonné·es

C’est un regard à la fois tendre et humaniste sur des jeunes souvent ignorés par la société, qui ne les comprend pas ou ne cherche pas à les comprendre. À travers des activités aussi variées que le théâtre, la mosaïque, la peinture ou la musique, l’adolescent autiste s’exprime, partage, crée, dans un environnement qui lui permet de cultiver pleinement ses richesses. Brigitte Lavau, éducatrice à l’Hôpital des jonquilles, à Anthony (Hauts-de-Seine), dépeint dans ce livre le travail difficile et même ingrat des éducateurs, qui aident quotidiennement les enfants à mieux appréhender le monde extérieur et répondent à leurs questions existentielles. Qui les considèrent, tout simplement.

Brigitte Lavau s’interroge également sur l’avenir compromis de ces jeunes autistes qui se retrouvent très souvent, une fois adultes, dans des structures inadaptées. Ce récit, non sans humour, rend parfaitement compte de la réalité de l’autisme, cette maladie méconnue. Il propose aussi une réflexion intéressante sur la nécessité d’avoir des moyens, des structures adaptées et surtout du temps pour aider ces enfants. Un temps qui se fait de plus en plus rare, dans un monde où la ­productivité et la rentabilité prédominent, et où les souffrances n’ont pas leur place.
On pourrait reprocher à l’auteur de ne pas avoir présenté les différentes formes d’autisme ou de les rattacher à d’autres handicaps. Il n’en reste pas moins précieux, dessinant une réalité nuancée d’espoir, mélange de rire et de souffrance, qui donne envie de s’attacher à ces enfants plutôt que de les fuir.

Société
Temps de lecture : 1 minute

Pour aller plus loin…

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant