L’autisme, cette réalité ignorée

Avec « Je vais passer une bonne journée cette nuit », Brigitte Lavau brosse le tableau d’une institution pour adolescents autistes.

David Perrotin  • 23 avril 2009 abonné·es

C’est un regard à la fois tendre et humaniste sur des jeunes souvent ignorés par la société, qui ne les comprend pas ou ne cherche pas à les comprendre.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 1 minute