Le parti d’en rire

Déportée à Ravensbrück, Germaine Tillion y a écrit une opérette furieusement drôle. Une façon de résister à la barbarie nazie.

Jean-Claude Renard  • 16 avril 2009 abonné·es
Ravensbrück a été essentiellement un camp de femmes. Entre 1939 et 1945, 130 000 y ont été déportées, à côté de 20 000 hommes, regroupés dans une enceinte séparée. Seules 10 000 personnes ont survécu. Parmi elles, Germaine Tillion, ethnologue, résistante. Déportée en octobre 1943. «  J’ai senti ce que probablement sentent les animaux quand
Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Médias
Temps de lecture : 2 minutes