Mensonges et infantilisation

« Le Fascisme, un encombrant retour » analyse l’action gouvernementale de Silvio Berlusconi et de Nicolas Sarkozy à la lumière du passé mussolinien. Et met en évidence de troublantes analogies.

Olivier Doubre  • 23 avril 2009 abonné·es
Mensonges et infantilisation
© Le Fascisme, un encombrant retour ?, Michela Marzano, Larousse, « Philosopher », 192 p., 17 euros.

Politis : Dans votre ouvrage, vous rappelez ce qu’a été le fascisme italien et observez de nombreux points communs avec Silvio Berlusconi, voire avec Nicolas Sarkozy. Ces comparaisons ne sont-elles pas dangereuses, risquant de qualifier trop vite des phénomènes différents et éloignés dans le temps ?

Michela Marzano : Toute comparaison peut certes être dangereuse, mais se priver de comparaison l’est au moins autant puisque l’histoire livre certaines leçons qu’il ne nous faut pas oublier. Il ne s’agit pas de plaquer un schéma préfabriqué sur des faits contemporains. Ce que j’ai voulu faire est d’abord essayer de comprendre ce qui s’est produit dans le passé, non seulement d’un point de vue historique, mais aussi conceptuel : mettre en évidence les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 8 minutes